Des kits de diagnostics médicaux développés par des chercheurs marocains


La «Moroccan Foundation for Advanced Science, Innovation and Research» (MAScIR) vient de remporter le premier Prix de la compétitivité et du partenariat université-entreprise pour avoir développé le premier kit de dépistage de la leucémie. Celui-ci sera commercialisé en 2016.

La «Moroccan Foundation for Advanced Science, Innovation and Research» (MAScIR) vient de remporter le premier Prix de la compétitivité et du partenariat université-entreprise. Hassan Sefrioui, directeur du centre de biotechnologie médicale, MAScIR, a reçu cette distinction au cours de la troisième rencontre internationale de Dakhla pour le développement du premier kit de diagnostic de la leucémie fabriqué par une équipe 100% marocaine. Ce projet a nécessité 4 ans de travail selon Hassan Sefrioui.

Ce chercheur marocain, qui a plusieurs brevets et publications à son compte, assure que le nouveau test est prêt et n’attend que l’autorisation de mise sur le marché qui sera disponible dans les deux ou trois prochains mois. Ainsi, le kit marocain pour le diagnostic de la leucémie sera commercialisé à partir de 2016 par le laboratoire Sothema, partenaire de MAScIR sur ce projet. La production nationale de ce produit devra couvrir les besoins des 1.000 cas environ de leucémie diagnostiqués chaque année et qui font deux à trois tests de suivi de traitement par an ainsi que ceux des nouveaux patients. Le nouveau test permettra de réduire le coût et le temps d’attente comparé au test disponible actuellement. «Le kit de diagnostic utilisé actuellement au Maroc est acheté à l’étranger. Les patients doivent ainsi attendre plusieurs semaines pour l’importer ou pour attendre les résultats de leurs analyses envoyées à l’étranger. Grâce au kit développé par MAScIR, les laboratoires marocains pourront faire le test sur le champ. En outre, le prix sera réduit de moitié, soit 1.000 DH au lieu de 2.000 DH», explique Hassan Sefrioui. Et d’ajouter que la distribution du kit de diagnostic de la leucémie pourrait être élargie à d’autres pays africains. Il faut dire que les compétences de MAScIR œuvrent pour la promotion de l’innovation. Ses chercheurs et ingénieurs sont en général des Marocains qui ont acquis de l’expertise à l’étranger, mais aussi des étudiants doctorants formés au Maroc.

L’équipe du Dr Sefrioui travaille depuis 2011 sur le développement de tests de diagnostic pour plusieurs cancers et maladies infectieuses avec une qualité meilleure et un prix réduit. Outre le test de diagnostic de la leucémie, ces biologistes marocains ont développé le kit de diagnostic du cancer du sein, qui sera prêt en 2016. Sa commercialisation est prévue pour fin 2016 ou début 2017. Le cancer de la prostate est également sur leur liste de recherches. Un test de diagnostic de cette maladie sera prêt en 2017, selon Hassan Sefrioui. S’agissant des maladies non cancéreuses, la fondation MAScIR travaille sur un kit de diagnostic de l’hépatite C, de la polyarthrite et un autre pour la tuberculose, attendu en fin 2016. «Grâce au test de diagnostic de la tuberculose, la maladie pourra être détectée à l’état précoce. Le résultat apparaît en un jour au lieu de plusieurs semaines actuellement», souligne Hassan Sefrioui. Pour les maladies infectueuses, MAScIR a collaboré avec l’Institut Pasteur pour avoir des échantillons de patients. La fondation mène une politique de partenariat dynamique avec des établissements de recherche, des universités et des entités industrielles, au niveau national et international. Son objectif est d’offrir aussi des services de laboratoire de qualité et contribuer aux grandes priorités de la recherche et de développement nationale. Pour l’instant, le Centre de biotechnologie MAScIR développe des kits de diagnostics médicaux 30 à 50% moins chers que ceux importés de l’étranger.

lematin.ma